À BAS LA GUERRE ! VIVE LE SYNDICALISME ! PLACE AUX REVENDICATIONS ! Déclaration du 27e congrès du SGJ-FO

Le congrès du SGJ-FO se rapporte aux principes fondateurs de la Confédération générale du travail et de sa Charte d’Amiens qui prescrit l’indépendance du syndicat à l’égard de l’Etat, des partis et des employeurs.

Le congrès rejette par avance toute tentative de l’Etat et des employeurs d’opposer quelque effort de guerre aux revendications des salariés et d’associer les syndicats à cette union sacrée.

D’inacceptables entraves à la liberté d’informer

Paris, mercredi 13 avril 2022 — Le soir du premier tour, Marine Le Pen, candidate du RN, a refusé l’accès à son quartier général aux journalistes de l’émission « Quotidien », sur la chaîne TMC. Interrogée à ce sujet, elle a répondu : « Il n’y a pas de journalistes chez Quotidien. Ce n’est pas une émission d’information. (…) » Et lorsqu’un journaliste lui a posé la question : « C’est vous, Madame, qui décidez de qui est journaliste ? », elle rétorque : « Oui, j’assume, c’est moi qui décide. J’ai décidé, il y a plusieurs années, que Quotidien était une émission de divertissement. »

Loi sécurité globale – censure du Conseil constitutionnel

FO constate en effet que cette décision cible la plupart des points soulevés par FO qui, dès le début du débat à l’Assemblée nationale, avait dénoncé et mis en garde contre les dispositions portant atteinte au principe de proportionnalité et au respect scrupuleux des droits fondamentaux, des garanties démocratiques et de l’État de droit (cf. communiqué du 17 novembre 2020).

1er mai : pour les revendications, pour la défense de nos libertés, pour la solidarité internationale, mobilisons nous

Cette crise sanitaire, ce sont les travailleurs qui en sont aujourd’hui les premières victimes avec des milliers et des milliers d’emplois perdus, des baisses de salaire sans doute durables.
De nombreux plans sociaux, de restructurations, de délocalisations d’activités avec leur cortège de suppressions d’emploi sont en cours, financés par les centaines de milliards d’aides publiques dont ont bénéficié sans contrepartie les multinationales et beaucoup d’entreprises.