Le SGJ-FO solidaire des journalistes palestiniens

23/05/2018

Communiqué

Le Syndicat Général des Journalistes Force Ouvrière (SGJ-FO) condamne avec la plus grande force le massacre perpétré le 14 mai dernier par l’armée israélienne à Gaza, faisant plus de 60 morts, dont des enfants, et plus de 2 400 blessés, dont de nombreux par balles, parmi les manifestants palestiniens revendiquant leur droit au retour à l’occasion du 70e anniversaire de la Nakba et protestant contre le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem.
Parmi ces blessés figuraient au moins 13 journalistes, selon les chiffres communiqués par la Fédération internationale des Journalistes (FIJ). Ils viennent s’ajouter à la trop longue liste des confrères palestiniens pris pour cibles par les troupes israéliennes alors qu’ils ne font que leur métier de journalistes en couvrant les manifestations.
Le mois dernier déjà, deux de nos confrères palestiniens sont morts des suites de leurs blessures après avoir été atteints par des balles israéliennes à Gaza : Yasser Murtaja, photographe d’agence le 6 avril, Ahmad Abou Hussein, 24 ans, vidéaste pour la radio « Voice of the People », le 13 avril. Depuis le début de l’année, selon le Syndicat des journalistes palestiniens (PJS), 90 journalistes ont été blessés ou tués lors des manifestations à la frontière de Gaza.
Le SGJ-FO l’affirme : l’intimidation, la répression et les tueries doivent cesser. Contre le peuple et contre les journalistes.
Le SGJ-FO exige des autorités israéliennes et des institutions internationales qu’elles garantissent l’application du droit international sur la protection des journalistes. Il demande à l’Etat français d’intervenir en appui de cette demande élémentaire et ne plus se contenter, comme l’a fait Jean-Yves Le Drian, d’appeler les deux camps à la « « retenue ».
Le SGJ-FO apporte son soutien à l’initiative lancée par le Syndicat des journalistes palestiniens en vue de saisir la Cour pénale internationale afin que ces agressions et ces meurtres contre nos confrères ne restent pas impunis.
Paris, le 22 mai 2018

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Les commentaires sont fermés.