Retraite : le 19 janvier, pour le retrait d’un projet brutal et injuste

Les syndicats de journalistes SNJ, SNJ-CGT et SGJ-FO appellent à faire grève et à manifester
massivement le jeudi 19 janvier contre le projet injuste et brutal sur les retraites, présenté le
10 janvier par la Première ministre et le ministre du Travail. Ce projet est dans la continuité de la
casse sociale et du détricotage des droits des salariés, organisés par le président Macron depuis qu’il
est à l’Elysée.

RETRAITES: TOUS EN GREVE LE 19 JANVIER

Pour le SGJ-FO, le projet Borne-Macron n’est ni négociable, ni même
amendable. Il doit être retiré dans sa totalité.
C’est sur cette exigence que peut se réaliser l’unité la plus large des salariés et
des organisations syndicales qui les représentent.
Le SGJ-FO appelle l’ensemble des journalistes à se mettre massivement en
grève le 19 janvier, à l’appel de l’ensemble des organisations syndicales, et à
participer en grand nombre aux manifestations organisées ce même jour à Paris
et en Province.
Il les appelle à participer à toutes les réunions syndicales et assemblées
générales qui se tiendront dans les entreprises et les rédactions pour décider,
dans l’unité la plus large, des formes et objectifs à donner à leur mouvement.

L’audiovisuel public menacé : grève et manifestation mardi 28 juin, à partir de 12h à Montparnasse (place du 18 juin 40) en direction de l’Assemblée nationale

La situation dans l’audiovisuel public : le projet de suppression de la redevance audiovisuelle est massivement rejeté par les salariés de l’audiovisuel public car il mettrait en danger sa survie même en transférant son financement sur le budget de l’Etat.
Parallèlement un rapport sénatorial préconise une fusion de France-Télévisions, Radio France et France Médias Monde en une seule entité…

Assemblées générales, négociations… la question des salaires au centre de nombreuses revendications dans les rédactions

La question des salaires est au centre de nombreuses revendications dans les rédactions. Des négociations de branche ont eu lieu dans plusieurs formes de presse. Dans la plupart des cas, les propositions patronales sont bien en deçà du nécessaire rattrapage du pouvoir d’achat et de l’urgence salariale qu’impose l’explosion de l’inflation. Nous n’avons signé qu’un seul accord : celui de la presse spécialisée, loin d’être satisfaisant vu le niveau très bas des salaires minimum, mais aboutissant à des augmentations s’échelonnant entre + 8,8% et +4,3%…