Groupe Rossel Le parti pris d’un journalisme au rabais 

Dans les titres du pôle Champagne/Ardennes/Picardie du défunt Groupe Hersant média (« l’Union-l’Ardennais », « l’Aisne nouvelle », « l’Est Eclair », « Libération Champagne »), Rossel, le nouveau propriétaire, entame sans ménagement ses restructurations. C’est ainsi qu’à l’Union par exemple, et alors que l’ouverture de la clause de cession a généreusement été accordée de janvier à avril, le Belge entend faire avec 117 journalistes plus et, si on l’écoute évidemment mieux, que son prédécesseur avec 139. Quant à «  l’Aisne nouvelle », la rédaction et ses 25 journalistes enregistre déjà, dix départs (dont des jeunes) en clause. Un problème ? Quel problème ?titres groupe rossel

La recette, on la connaît, mutualiser et, dixit Rossel, échanger les contenus. On pourra donc compter sur la hiérarchie du « Courrier Picard » (propriété Rossel) pour convaincre ses journalistes de fournir en actualité picarde les titres axonais du même propriétaire. Et sur celle de » l’Union » ou de « l’Aisne nouvelle », pour mettre à disposition de l’actu pêchée dans l’Aisne. Tout cela évidemment avec pour credo la proximité, le souci du lecteur, et de l’annonceur sans doute…

Ainsi « l’Union » va réduire son format, et proposer des articles courts et sans style. Le reportage ? Honni. L’enquête ? A la trappe. Les journalistes que l’on « formate » pour produire vite et sur tous les supports (mais surtout web…) sont pour beaucoup tétanisés. Les mails d’alerte affluent en direction des élus syndicalistes, alors que des petits chefs d’occasion sortent du bois pour servir le nouveau roi de ce « journalisme » au rabais.

Les salariés du « Courrier picard » essuient la même tourmente. Le logiciel chéri par Rossel, CCI News gate, est à leur porte. Un outil formidable… qui permet de « produire » pour le papier, le web, la photo, la vidéo, tout ça dans le même espace de temps et cela, évidemment, sans perspective (mais on en discutera…) de revalorisation salariale ! Mais Rossel a déjà proposé une réponse au « Courrier Picard » : faire des choix. Ne traiter donc que ce qui est rapide à traiter ?

On assiste bien à un bouleversement, dans les journaux de Picardie et de Champagne/Ardennes. Les « clausistes » ici et là sont parfois jeunes et plus nombreux que prévus. Quel mauvais présage… Il doit, plus que jamais, inciter les journalistes à s’unir pour défendre leur métier et les lecteurs.

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Les commentaires sont fermés.