Le Parisien : journalistes, employés et cadres réunis massivement décident la grève d’avertissement et une nouvelle assemblée générale le 15 octobre

LPParis, le 8 octobre 2018

MOTION DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

DES SALARIÉS DE L’UES LE PARISIEN

du 8 octobre 2018 

Réunis en assemblée générale à l’appel des organisations syndicales FO (SNPEP-FO et SGJ-FO), SNJ, SNJ-CGT et SGLCE-CGT, les salariés de l’UES « Le Parisien » (Team Média, LP Management, Le Parisien, Le Parisien Week-end), ont pris connaissance des réponses apportées par la direction à leurs questions et revendications telles que votées ce jour-même lors d’une première assemblée générale (1).

286 salariés ont pris part à un nouveau scrutin et décidé, pour 198 d’entre eux (69%), de voter la grève non-reconductible, 74 salariés (25,8 %) se prononçant contre (7 blancs, 6 abstentions et un nul).

Ce vote, qui marque le premier mouvement de grève depuis le rachat en 2015 du journal par le groupe LVMH, est un signal fort pour indiquer à la direction que ses réponses ne sont pas à la hauteurs des attentes des salariés de l’UES « Le Parisien ».

L’assemblée générale vote à l’unanimité moins six voix cette nouvelle motion et mandate les organisations syndicales pour rencontrer la direction ce jeudi à 18 heures afin d’obtenir des réponses plus précises sur leurs revendications.

Une nouvelle assemblée générale est prévue pour le lundi 15 octobre à 13h30.

(1)
* Quelle est la feuille de route de la direction pour le groupe « Les Echos » – « Le Parisien », par secteur et pour l’UES « Le Parisien » en particulier, pour les rédactions du Parisien ? A quelle échéance ? Confirmation du maintien de nos acquis sociaux ? Avec quels moyens humains et financiers ?

* Que tous les postes non remplacés ou pourvus par des CDD à répétition fassent l’objet, dans les plus brefs délais, d’appels à candidatures en CDI et que soit résorbée la situation de grande précarité des pigistes permanents.

* Renforcement des services en effectifs là où les outils, notamment informatiques, ne sont pas opérationnels et arrêt immédiat du management à la dure.

* Arrêt immédiat du plan d’économie sur les non-remplacements des arrêts maladie ou des accidents du travail.

* Le web comme le print doivent bénéficier des mêmes services de réalisation (correction, imagerie,…) pour assurer un contenu de qualité, nécessaire au développement de ce support avec les effectifs nécessaires.

* Réévaluation des indemnités kilométriques en fonction de l’augmentation du prix du carburant.

Motion votée à l’unanimité moins 9 contre et 3 abstentions. Par ailleurs, l’assemblée générale mandate les organisations syndicales pour rencontrer immédiatement la direction générale et lui rendre compte dans la foulée. Votée à l’unanimité moins 19 contre et 16 abstentions.

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Rétroliens/Pings

  1. Le Parisien : après un jour de grève d’avertissement, journalistes, employés et cadres arrachent le remplacement des arrêts maladie dès le premier jour, les IK au barème fiscal, 11 nouveaux CDI, 10 titularisations de CDD, 5 CDD supplémentaire - 19/10/2018

    […] MOTION DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES SALARIÉS DE L’UES LE PARISIEN du 15 octobre 2018 L’assemblée générale des salariés de l’UES Le Parisien a pris acte des dernières réponses de la direction suite au mouvement social enclenché la semaine dernière : […]