France Télévisions : aux ordres du pouvoir politique ?

13/04/2016

Communiqué, France TV, TV

Nadine recardréeLe Syndicat Général des Journalistes FO de France Télévisions s’étonne d’apprendre l’éviction de deux invités de l’émission « Dialogues Citoyens » avec François Hollande ce jeudi 14 avril sur France 2, en particulier celle de Nadine Hourmant, déléguée syndicale Force Ouvrière du groupe agroalimentaire Doux.

Notre camarade avait pourtant été contactée dès le mois de février pour participer à l’émission. Une équipe  de France Télévisions était même venue faire un reportage sur elle. Cette éviction de dernière minute a, semble-t-il, été décidée par la direction de l’information de FTV sous la pression politique de l’Elysée.

Mais de quoi avaient-ils donc peur ? Que notre camarade en appelle, devant le président de la République et tous les Français, au retrait pur et simple de la loi El Khomri, comme l’exigent depuis des semaines des millions de manifestants, jeunes et salariés, dans les rues ?

Que notre camarade explique que face à cette loi destructrice du Code du Travail et des droits des salariés, il fallait la grève jusqu’à son retrait ?

Quoi qu’il en soit, la décision du directeur de l’information de France Télévisions et de la direction de déprogrammer ainsi notre camarade et un agriculteur, ne peut que nuire un peu plus à l’image d’objectivité de la télévision publique.

Le SGJ-FO exige du directeur de l’information de France Télévisions, Michel Field, qu’il s’explique clairement, devant le personnel, sur les conditions qui l’ont amené à prendre cette décision qui  constitue une atteinte intolérable à la liberté de la presse suscitant la réprobation de l’ensemble des journalistes de France Télévisions, qui plus est si elle est intervenue sur ordre du pouvoir politique après que la direction de l’information eut transmis à l’Elysée le conducteur de l’émission.

Cette déprogrammation confirme en tout cas les risques, que nous avons déjà dénoncés, des choix de la direction de FTV en faveur d’une information appauvrie, lyophilisée et caporalisée, contenus par les projets en cours, qu’il s’agisse du plan Info 2015 visant à fusionner les rédactions en vue de constituer une « news factory » à moindre coût, ou du projet de chaîne infos où les journalistes devraient être des salariés à tout faire (rédaction, assemblage des images,…) privés des moyens de faire un réel travail de recherche et de mise en perspective de l’information auquel ont droit les citoyens.

Le SGJ-FO réaffirme son opposition totale au plan Info 2015 et exige que le projet de chaîne info soit revu de fond en comble pour permettre à France TV de remplir une véritable mission journalistique de service public.

Paris, le 13 avril 2015

 

Le syndicat Force Ouvrière France Télévisions a joint notre camarade, Nadine Hourmant, la déléguée de FO Doux qui devait intervenir lors de cette émission.

Voici son témoignage :

Nadine interview

Nadine Hourmant interviewée par une équipe de France 3 Brest Iroise pour préparer l’émission avec François Hollande, le 31 mars à Brest lors de la manifestation contre la loi Travail.

FO-FTV : Bonjour Nadine, tu as vu la polémique qui est née dans la presse suite à ton éviction de l’émission. D’après toi qui est intervenu ?

Nadine Hourmant : Pour moi il ne peut s’agir que de l’Elysée. Le journaliste qui m’avait contactée il y a quelques mois m’avait affirmé que « le profil des intervenants n’étaient pas remis à l’Elysée ». Je lui avais dit : « est-ce que le Président de la République est au courant que c’est moi qui participe, sinon je doute qu’il accepte de dialoguer avec moi ? ».

FO-FTV : Pourquoi ces doutes ?

NH : Ma prestation en septembre 2014 dans « Des Paroles et Des Actes » a marqué les esprits. J’avais particulièrement été vindicative. Je n’ai pas peur. J’aurais dit ce que je pense au Président de la République, il le savait. Le journaliste qui a repris contact avec moi m’a justement affirmée que c’est pour « mon franc-parler et ma liberté de ton que France 2 souhaitait me réinviter ».

FO-FTV : Quand est-ce que France 2 a repris contact avec toi ?

NH : C’était au mois de février. Au départ il s’agissait d’une émission avec François Hollande pour « Des Paroles et Des Actes ». Fin février, début mars, j’ai été informée du nouveau concept de l’émission. Le journaliste a vraiment été très pro. Il m’a rassurée, m’a expliquée le déroulement. Je ne veux pas citer son nom car je ne veux pas qu’il ait des problèmes dans son boulot. Je veux saluer la qualité de nos échanges.

FO-FTV : Tu devais intervenir sur quoi ?

NH : Sur la Loi El Khomri, la loi Travail. J’ai lu dans la presse que je devais intervenir sur l’agriculture. C’est faux, archi faux ! Jamais nous n’avons parlé d’une intervention sur l’agriculture dans cette émission. D’ailleurs ce n’est absolument pas mon rayon ! Je n’y connais rien en agriculture ! Je suis déléguée d’une entreprise dans l’industrie agro-alimentaire. Je travaille dans l’industrie pas dans l’agriculture. Non, non, non je vous le dis, je devais intervenir sur la loi El Khomri, loi Travail. Mon intervention était d’ailleurs déjà calée.

FO-FTV : Ah bon, et quelle en était la teneur ?

NH : Je devais intervenir sur la hiérarchie des normes (ndrl remis en cause par la Loi El Khomri), sur les licenciements et sur le pacte de responsabilité. J’en avais informé le journaliste avec qui j’étais en contact. Aucune question ne m’a été imposée, je peux l’affirmer. Nous avons juste discuté du canevas de mes propos.

FO-FTV : Mais ton intervention était-elle vraiment calée ?

NH : J’ai eu une confirmation de ma participation à l’émission du jeudi 14 avril au mois de mars. Une équipe de France 3 Brest Iroise m’a suivie lors de la manifestation du 31 mars dernier contre la Loi Travail. Ils m’ont demandé de faire des interviews. Tout s’est parfaitement déroulé. J’avais affaire à des pros. Je n’ai eu aucune remarque particulière. J’ai aussi dans mon portable un SMS d’une équipe de France 2 qui m’annonce sa venue pour me suivre le 8 avril. En revanche, ce reportage n’a jamais eu lieu.

FO-FTV : Qu’est-ce qui s’est passé ?

NH : J’ai eu un coup de téléphone, je pense qu’il s’agit du rédacteur-en-chef de l’émission, m’annonçant que « ma candidature n’était plus retenue pour l’émission ». J’ai été assez surprise, mais il m’a dit que j’allais recevoir un autre coup de téléphone pour « faire un retour et tout m’expliquer ». J’attends encore ce « retour ».

FO-FTV : Tu veux dire qu’en dehors de cet appel téléphonique, personne de France 2 ne t’a joint depuis ton éviction ?

NH : Personne. Enfin personne… Si. J’ai eu des copains journalistes qui m’ont appelé et qui m’ont exprimé leur soutien pour me dire que ce qu’on me faisait était « dégueulasse » et qu’ils demandaient « pardon » pour l’attitude de France Télévisions…

FO-FTV : Comment expliques-tu cette éviction ?

NH : Je ne me fais aucune illusion : l’Elysée a refusé de dialoguer avec moi, mais au-delà avec FO. Les prises de position de Force Ouvrière contre la Loi Travail font grincer des dents au gouvernement. On ne s’est pas couché comme d’autres. Résultat, le gouvernement veut sacquer FO. Tout le monde le sait ! Nous payons notre liberté et notre indépendance. Il ne fait pas bon dire les quatre vérités à ce gouvernement dit de Gauche. Et moi, je ne me gêne pas. Le Foll, Macron, le Drian lorsqu’ils sont venus chez Doux je les ai tous cartonnés ! Ils s’en souviennent encore.

FO-FTV : Tu penses vraiment que c’est contre FO cette éviction, après tout il y a eu un autre invité aussi qui a fait les frais de « la réorganisation de l’émission » ?

NH : (en riant) Ah oui, c’est peut-être contre la Bretagne alors ! Les deux invités supprimés sont bretons… Un du Finistère, un des Côtes-d’Armor… J’ai eu au téléphone le collègue agriculteur (Nicolas Leborgne) qui devait intervenir. Apparemment lui aussi n’avait pas sa langue dans sa poche. Il avait eu « des mots » avec Le Foll. « Des mots » assez francs. Ceci explique sans doute cela… Et puis apparemment lui non plus ne devait pas parler d’agriculture…

FO-FTV : Comment te sens-tu aujourd’hui ?

NH : Je suis très attristée. On m’avait promis que François Hollande ne connaîtrait pas le profil des intervenants. J’y allais justement parce qu’on me considérait comme « un électron libre ». Or, j’apprends que le conducteur de l’émission a peut-être été envoyé à l’Elysée, c’est une drôle de pratique non ?

FO-FTV : Tu remets en doute l’indépendance de France 2 vis-à-vis du pouvoir ?

NH : Là c’est à vous de répondre à la question mes camarades. Mais je crois que vous connaissez la réponse à votre question… En tout cas on peut dire que, si le but c’était de ne pas faire de vagues, et bien c’est raté ! Je veux juste préciser que je suis actuellement à Paris et que je peux venir sans aucun problème pour l’émission…

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Les commentaires sont fermés.