Non aux violences policières

03/06/2016

Communiqué

Jeudi 2 juin, des journalistes qui couvraient une manifestation anti loi travail à Rennes ont été violemment et délibérément pris pour cibles par des policiers qui chargeaient des manifestants : jets de gaz lacrymogènes, coups de matraque, bris de matériel, alors même que ces journalistes étaient parfaitement identifiés comme tels.

Face à l’exigence du retrait de la loi Travail qui ne faiblit pas, face au mouvement des salariés qui cherchent les moyens d’imposer ce retrait, le gouvernement aux abois n’a d’autre réponse que la violence et le mépris.

Le même jour, il n’a pas hésité à envoyer sa police molester des parents d’élèves et des collégiens qui manifestaient à Saint-Malo contre la fermeture d’un collège.

Onze collégiens ont été blessés, dont trois ont été hospitalisés. Une honte !

Le SGJ-FO dénonce une nouvelle fois les violences policières contre les salariés, les jeunes qui ne font que combattre pour leur revendication et la démocratie, comme celles exercées contre les journalistes dans l’exercice de leur métier.

Le SGJ-FO réaffirme son exigence du retrait total de la loi Travail.

 

 

 

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Les commentaires sont fermés.