Barème de piges (Presse spécialisée) L’obstination du SGJ-FO a payé

Initiées en mi-2012, les négociations à la FNPS sur les barèmes de piges semblaient sans issue : les employeurs déclarant qui n’avaient pas mandat des membres de la FNPS pour faire une proposition au-delà de 38 euros le feuillet, le SNJ suivi par la plupart des autres organisations représentantes des salariés refusant toutes propositions inférieures à 53 euros du feuillet (soit l’équivalent du barème de la presse magazine). L’argument majeur de la partie patronale actait de la situation précaire de plusieurs titres à faible tirage incapables d’assumer financièrement, selon eux, des montants supérieurs à 40 euros du feuillet.

bP1020103   La réalité du terrain confirme que des pigistes réalisent pour des petits  titres des piges à moins de 30 euros du feuillet. Certes bien moins « révolutionnaire » que ces confrères, le SGJ-FO a préféré rester fidèle à son pragmatisme revendicatif et a initié une enquête auprès des pigistes qui travaillent pour les entreprises où il est activement présent. Les résultats ont révélé que les pigistes travaillant pour moins de 40 euros le feuillet sont très rares, mais que plusieurs titres n’offrent guère plus.

Sur cette base, le SGJ-FO a donc proposé, dès 2013, 2 niveaux minimum de rémunération de piges : 40 euros pour les titres de tirage inférieur à 5 000 exemplaires et 45 euros pour les autres titres. Cette proposition n’a pas retenu l’attention des autres syndicats de salariés. En revanche, la FNPS a accepté de négocier auprès de ses membres sur cette base, bien que le SGJ-FO n’atteint pas dans la branche la représentativité de 30 % pour valider la signature d’un accord

En 2014, le SGJ-FO intègre l’augmentation du coût de la vie dans ces revendications, soit des propositions légèrement supérieures à celle de 2013, et les représentants des employeurs reviennent avec la proposition de 42 euros le feuillet pour les titres à tirage inférieur à 5 000 exemplaires et 45 euros du feuillet pour les autres à partir du 1er août 2014. Le SGJ-FO adhère à cette proposition et s’engage à signer : plus aucun pigiste ne sera payé moins. Des esprits chagrins peuvent condamner FO d’avoir négocié. Mais aujourd’hui plus aucun pigiste travaillant pour un éditeur membre de FNPS ne recevra moins de 42 euros le feuillet. Quoi qu’il en soit tous les autres syndicats de salariés siégeant à la FNPS se sont ralliés à la proposition du SGJ-FO. Que de temps perdu !

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Les commentaires sont fermés.