Motion de l’assemblée générale

Les salariés de l’UES Le Parisien, réunis en assemblée générale le 2 juin, avec leurs organisations syndicales (SGJ-FO, SGLCE-CGT, SNJ, SNJ-CGT, SNPEP-FO) constatent que la direction se refuse à répondre à l’exigence clairement formulée par les lettres ouvertes des rédacteurs de locale et des chefs des éditions départementales, à savoir le retour immédiat des cahiers départementaux et des effectifs nécessaires à leur réalisation.

Comme l’ont dit les signataires de la lettre des éditions départementales, « en supprimant les cahiers départementaux, en réduisant nos effectifs, la direction du Parisien met notre journal en danger ».

Ils exigent :

-Le retour immédiat des cahiers départementaux du Parisien, et les effectifs nécessaires à leur réalisation, dont les pigistes qui doivent retrouver leur niveau de piges d’avant-Covid ;

-Le dégel des recrutements et remplacements pour garantir de bonnes conditions de travail, dans tous les services de l’UES Le Parisien ;

-L’arrêt du chômage partiel.

Ils mandatent une délégation constituée des délégués syndicaux et de représentants des services pour aller porter ces revendications auprès de la direction et exiger des réponses.

Ils l’annoncent dès maintenant : s’ils n’obtiennent pas de réponse satisfaisante d’ici demain soir, ils se réuniront à nouveau en assemblée générale en n’excluant aucun moyen d’action pour obtenir satisfaction, dont la grève.

Résultat du vote : 263 pour, 9 contre, une abstention.

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Les commentaires sont fermés.